Vernon Subutex 1 & 2 de Virginie Despentes

Vernon Subutex 1

Voici le retour de Virginie Despentes après cinq ans d’absence. Et avec quel projet ! Trois livres, rien de moins, qui formeront une trilogie, une comédie « inhumaine » pour reprendre la quatrième de couverture.
Et ce premier tome est un tout : une critique, une comédie, une représentation de notre monde, un drame.
D’une plume acérée qui rappelle les premiers romans de Bret Easton Ellis (notamment Moins que Zéro ou Les Lois de l’Attraction), Virginie Despentes dresse un tableau de la France de nos jours où le clivage politique gauche/droite est plus qu’omniprésent et où l’on se revendique aisément des extrêmes. Car le postulat de base est simple, on l’a déjà vu dans les journaux télévisés, lu dans la presse, celle de la fermeture des commerces, due à la crise. Vernon Subutex (un nom qui semble tout droit sorti d’Harry Potter, comme le souligne un personnage au détour d’un dialogue) a dû fermer son magasin de disque, l’ami, une rock-star, qui lui payait son loyer est décédé, il se retrouve à la rue. Un résumé simple, concis. Une angoisse à laquelle tout le monde pense. Mais comment survivre ? C’est, en quelque sorte, le nouveau métier de Vernon, survivre, chercher un toit, mais tout en dignité. Et, pour cela, c’est sur la solidarité qu’il compte, cette solidarité qui semble avoir disparue, cachée par notre petite personne. Défile alors toute une galerie de personnages, des « riches », des « pauvres », loin d’être antipathiques, toujours touchant grâce à de nombreux flash-backs qui dévoilent une faille dans l’armure qu’ils se sont construites pour vivre.
Traversé par une bande-son rock et par la consommation d’alcool et de drogues,Virginie Despentes décrit un monde à la recherche d’une nouvelle stabilité, perdue dans un univers où tout va trop vite. Et le paradoxe de ce roman réside dedans car ce premier livre n’est que une introduction, une mise en place, l' »ange déchu » qu’est Vernon Subutex tombe au plus bas et devient « un clodo sur un banc perché sur une butte, à Paris » [I, page 397], une ville que les touristes considèrent comme la plus romantique.
Et un volume qui s’achève sans gros artifice, sans situation artificielle qui chercherait à faire désespérément revenir le lecteur pour le second tome, car il n’y a pas besoin de ça ici, le lecteur, simple spectateur, reste envoûté par la poésie contenue dans l’écriture de l’auteur.

Vernon Subutex 2

Auteur qui n’hésite pas à nous prendre à contre-pieds pour le second volume : alors qu’on pensait la déchéance de Vernon Subutex totale, ce dernier, « habité […] par une sensation de vide absolu » [II, page 11], n’est plus à proprement parlé le personnage principal de l’ouvrage. Car ce sont bien ceux qui gravitent autour de lui, dont on a fait connaissance grâce à lui dans le premier roman, qui vont agir, porter l’histoire, sous l’œil attentif de Vernon qui, du haut des Buttes-Chaumont, acquiert une dimension quasi-christique dans une sorte de résurrection, entouré par ses disciples, et renvoie une image de lui-même presque  » Charles Manson-esque ». Point question de meurtre ici, mais les différents personnages sont envoûtés par l’ex-disquaire, par sa musique et même par sa condition de sans-abri (« Ce n’est pas que ça pue », déclare la Hyène, finalement peu gênée par les odeurs émanant de Subutex [II, page 123]). Ils se laisseront aller, s’abandonnant à leur prophète, celui qu’ils ont vénéré un jour ou l’autre lorsqu’ils entraient dans son magasin.

Et, comme toujours chez Virginie Despentes, une bande son rock qui traverse de part en part son roman, mais se faisant aussi plus éclectique, allant de la pop au hip-hop.

Il faudra attendre janvier prochain pour découvrir le troisième et dernier tome et, pendant ce temps, nous abandonnons ces personnages au milieu d’une danse frénétique, ressentant la présence d’Alex Bleach planer sur eux. Et Vernon Subutex dans tout ça ? « Il les fait tous danser » [II, page 383].

Vernon Subutex I II de Virginie Despentes, éditions Grasset, 2015, 400 pages par volume, 19,90 euros le livre.

Publicités

Une réflexion sur “Vernon Subutex 1 & 2 de Virginie Despentes

  1. Ping : Une sélection de livres pour l’été (1/3) | une pause littéraire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s