Marc Antoine de Pierre Renucci

Ivrogne, imbu de sa personne, préférant une reine étrangère à Rome, Marc Antoine a vu son destin, son écho dans l’Histoire être déformé par une légende noire formée par les auteurs antiques qui réinterprétaient certains événements pour plaire à leur protecteur. Et, comme toute légende noire, la figure de Marc Antoine en garde encore, de nos jours, les traits grossiers qui semble le caractériser. Pierre Renucci, docteur en science politique et spécialiste des empereurs julio-claudiens, emploie sa plume, à travers une biographie détaillée et riche en anecdotes, à démolir ces clichés et à réhabiliter l’un des acteurs essentiels de l’Antiquité qui évolua dans une période troublée de guerre civile.

Car « Marc Antoine est donc un enfant de la guerre civile », constate Pierre Renucci à la page 39. Né en 83 avant J.-C., Marc Antoine grandit dans une atmosphère troublée par la lutte de différentes factions politiques qui avaient toutes la même crainte, celle d’un retour de la royauté et de la prise du pouvoir par un seul homme. Rome était, en effet, attachée à sa République, sa Res publica pour en revenir à l’étymologie du mot, la chose publique, ce que nous connaissons comme étant la notion même d’État et était gouvernée par les familles les plus riches de la Ville.

Cette gouvernance, que nous appelons de nos jours oligarchie, n’oubliait pas la plèbe, le peuple, celle qui savait grogner. Panem et Circenses, le pain et le cirque, nous avons tendance à réduire les volontés du peuple romain à ces deux choses (1). Bien que le pain soit une composante importante des repas de la plèbe, cette dernière était attachée à quelque chose de plus important pour eux que le cirque, la libertas, comme l’explique Pierre Renucci dans son prologue, tout en décrivant les différentes institutions de la République romaine. Qu’un homme se dégage de la masse d’un parti et il pouvait très vite être soupçonné de vouloir accaparer le pouvoir. C’est ce qui arriva pendant l’enfance de Marc Antoine, entre Sylla, du parti conservateur, les optimates, qui se dressera contre Marius et ses populares, une tendance politique populiste.

9782262037789

Cette atmosphère de guerre civile suivra Marc Antoine toute sa vie : après avoir fait ses premières armes en Syrie, il ne tardera pas à rejoindre Jules César dans son aventure en Gaule. Il fera preuve de valeurs et de qualités, remarquées par les auteurs antiques, et ce tout au long de sa vie : « Il n’aima jamais faire couler le sang inutilement » [page 86]. « Fidèle en amitié » [page 117], il restera aux côtés de César lorsque l’affrontement entre ce dernier et Pompée prendra des allures de guerre civile. Il sera présent aussi le 15 mars -44 et assistera à la chute de son mentor. De cette épreuve, Antoine dévoilera l’homme politique qu’il cachait en lui en poursuivant la politique de César, tout en collaborant avec Octave, l’héritier de César, et Lépide, le troisième triumvir qui fera pâle figure face à ses deux collègues.

De la vie de Marc Antoine, on peut distinguer deux périodes importantes : précédée par une phase d’apprentissage qui n’est autre que sa jeunesse, la première période correspond exactement au séjour d’Antoine en Gaule, aux côtés de César, jusqu’à l’assassinat de celui-ci. La deuxième période englobe le triumvirat et son obsession pour l’Empire parthe. Car, si Antoine a bien une obsession, elle concerne principalement ce territoire et non Cléopâtre. Et Pierre Renucci n’hésite pas à souligner que c’est une erreur tactique de la part de Marc Antoine qui s’est alors désintéressé de Rome et de ce que tramait Octave.

Le jeune héritier de César s’était alors mis en tête de débuter une vraie campagne de désinformation et de dénigrement concernant Antoine, une campagne plus virulente que celle que nous offre les politiciens de notre temps, où il présentait le triumvir comme se faisant passer pour un roi-dieu. Cette divinisation, nous explique Pierre Renucci, « est importante parce qu’elle est l’axe idéologique principal autour duquel se construisit la propagande octavienne » [page 466]. Cléopâtre elle-même était considérée comme une reine-déesse, c’était une chose banale pour le monde oriental, mais choquante pour les Romains. De là est née alors la légende noire, mettant en scène un Antoine au pied de Cléopâtre, incapable d’assumer son poste. Le suite, on la connaît, elle se résume à une défaite, Actium, l’une des batailles navales les plus meurtrières de l’Histoire puis le repli en Égypte. La littérature, puis le cinéma, s’attacheront à raconter les derniers instants d’Antoine et Cléopâtre, dans une verve grandement dramatique.

Pierre Renucci nous livre une biographie dense et inspirée de Marc Antoine. En recroisant les sources, il parvient au plus près du personnage qui évolue dans un monde troublé, qui cherche à se réformer, à avancer. Intelligent, il « savait se faire aimer de ses hommes, et cette affection […] sera toujours l’une de ses forces » [page 99] et ne ressemble en aucun cas à la façon dont il sera décrit par la propagande d’Octave. Sa vie révèle un goût d’inachevé et il aurait certainement fait accroître la gloire de Rome. Et l’auteur de conclure, avec une touche d’humour et d’ironie comme il l’a si bien fait tout au long de son ouvrage, notamment lorsqu’il aborde la petite histoire et des anecdotes, qu’Octave, en « mêlant son sang » à Antoine par des unions matrimoniales, « créa une dynastie impériale qui est autant antonienne que julienne et claudienne » [page 549]. Marc Antoine tient en quelque sorte sa revanche.

(1)
Je renvois le lecteur et les curieux à l’excellente étude de Paul Veyne qui s’attache à expliquer le phénomène de don à la collectivité, l’évergétisme, si important pour l’oligarchie nobiliaire et pour les futurs Empereurs romains. Le pain et le cirque, sociologie historique d’un pluralisme politique, disponible aux éditions Points.

Marc Antoine de Pierre Renucci, éditions Perrin, 2015, 560 pages, 26 euros.

Publicités

Une réflexion sur “Marc Antoine de Pierre Renucci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s