Trou de mémoire (Tome 1) de Pascal Regnauld et Roger Seiter

Premier volume d’un diptyque, intitulé Gila Monster, Trou de mémoire est une bande-dessinée ambitieuse écrite par le prolifique Roger Seiter. Accompagné par Pascal Regnauld pour le dessin et paru aux Editions du Long Bec, une jeune et prometteuse maison d’édition alsacienne (1), Roger Seiter nous livre, avec cette histoire, un polar noir, pur et dur, dans la tradition du genre.

L’histoire s’ouvre sous une pluie battante, sur l’un des pontons de Fisherman’s Wharf, à San Francisco. Nous sommes en 1964. Un homme reprend conscience, il saigne, il a une blessure à la tête. Un revolver auprès de lui. Plus loin ? Rien de moins que le cadavre d’une femme. Il s’interroge : qui est-elle ? L’a-t-il tué ? Mais quelque chose de plus effroyable surgit à lui-même : il ne sait plus qui il est. « Il ne se souvient de rien » [page 6] nous précise le récitatif, sorte de voix-off qui sera omniprésente dans l’histoire, nous narrant le trouble qui envahit l’homme, privé de ce qui caractérise le plus un individu : son identité. Il va partir en quête, remonter l’étroit chemin qui lui révèlera d’abord son nom, ses noms même, Robert Wilson dans un premier temps (« Le nom de Robert Wilson lui semble un peu bidon, nous dévoile la voix-off, mais ce n’est pas grave » [page 15]), Milton Gilford lorsqu’il parvient dans ce qu’il semble être son appartement.

trou memoire regnauld seiter

En parallèle, nous assistons à une enquête de police, menée par deux inspecteurs Aaron Carnovsky et Cahal Mc Gowan, après que le corps de l’inconnue ait été retrouvé. Une équipe soudée, deux partenaires intransigeants et intègres, sauf lorsque leur enquête est brutalement interrompue par les Fédéraux en raison de l’assassinat d’un sénateur. Se dresse aussi la mafia new-yorkaise dans la personne de l’un des plus importants parrains, Meyer Lansky, qui engage un tueur à gage. Tout est mis en place, les fils n’ont plus qu’à se recouper.

Ce premier tome est un véritable hommage au polar, en reprenant tous les codes qui ont fait le succès du genre, où il flotte un parfum rappelant l’univers de Raymond Chandler, qui semble véritablement être l’une des sources d’inspirations du duo de créateurs. Du poste de police en passant au diner qui porte d’ailleurs le nom de Raymond, ou encore la silhouette de la prison d’Alcatraz qui trône dans la baie de San Francisco et sur laquelle s’achève cette première partie, Seiter et Regnauld nous immerge dans l’Amérique des années 60.

Le travail de Pascal Regnauld est d’ailleurs incroyable. Avec des gueules caricaturales, l’effet d’immersion est total, les personnages sont loin d’être sympathiques sans être désagréables, ils sont l’archétype même de ce qu’ils représentent : Wilson/Gilford n’hésite pas à tuer un homme d’une balle dans la tête dans la forêt. Les décors sont richement détaillés, contribuant à installer cette atmosphère particulière tandis que les couleurs sont la véritable force de la bande-dessinée. En optant pour une palette de couleurs réduite,  la première d’un gris-bleu lorsque l’histoire se déroule le soir et la nuit, la seconde d’un sépia accentuant un côté vieillot bien venu lorsque le jour est levé, la seule entorse faite étant pour le sang, dont le rouge surgit, hypnotise même, rappelant Sin City de Frank Miller.

Excellent prologue qui met rapidement en place son univers, un bon polar qui assume son côté suranné et qui en fait même toute sa force, il n’en demeure pas moins que l’histoire aurait mérité d’être étoffée avec deux ou trois autres albums, pour permettre au lecteur de prendre le temps de savourer cette ambiance particulière et pour éviter une conclusion qui pourrait se révéler trop rapide. Une chose de sûre, c’est que le deuxième tome se fait déjà attendre,  Gila Monster s’achevant avec les premières révélations et laissant le lecteur sur sa faim. Vite, la suite !

Trou de mémoire – Tome 1/2 – Gila Monster de Pascal Regnauld et Roger Seiter, éditions du Long Bec, 2015, 56 pages, 15,50 euros.

(1)

Créée en avril 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s