Charles X de Jean-Paul Clément

La vie de Charles X est loin d’avoir été celle d’un monarque et le souvenir qu’il laisse dans les mémoires donne une image particulièrement négative du personnage : frère de Louis XVI et de Louis XVIII, il est le dernier Bourbon de la branche aînée à avoir été sacré roi de France. Emporté par la révolution de 1830 et la monarchie de Juillet qui a vu la maison d’Orléans atteindre le trône tant convoité, Charles X n’est pas un roi dont on enseigne le règne à l’école, l’englobant dans la Restauration, période coincée entre l’épopée de l’Empire et les premières revendications sociales qui feront évoluer la France vers le pays qu’elle est aujourd’hui. Membre correspondant de l’Institut, président d’honneur de la Société Chateaubriand et président de la Nouvelle Société des études sur la Restauration (1), Jean-Paul Clément décide de revenir sur ce roi, « souvent considéré comme un sot » [page 11], et nous livre une biographie éclairée du dernier Bourbon régnant, ainsi qu’un tableau d’une France en pleine évolution, entre Ancien régime et monde moderne, où la vie intellectuelle fourmille à tout les niveaux,  et ce, avec le concours de Daniel de Montplaisir, conseiller à l’Assemblée Nationale et historien (2).

9782262043865

Né le 9 octobre 1757 et mort le 6 novembre 1836, la vie de Charles X reste exceptionnelle et ce, sur plusieurs niveaux : outre le fait qu’il aura passé trente et un ans de sa vie en exil (il meurt à l’âge de 79 ans) et qu’il n’aura régné sur la France que cinq années, il est aussi le roi de France qui aura vécu le plus longtemps (Louis XIV aura vécu 76 ans) et le seul à se faire enterré en dehors du royaume de France et de Navarre. Inhumé dans le monastère franciscain de La Castagnavizza à Göritz en Italie, sa sépulture est toujours entretenue par les moines du monastère.

L’image que les Français gardent de ce monarque reste péjorative, voire même inexistante. Car Charles X a eu le malheur de régner à une époque où les hommes apprenaient à vivre avec ces nouvelles libertés comme celle de la presse et avec la fin des conflits qui ont ravagés le pays et une partie de l’Europe, conflits fratricides qui marquèrent durablement la société. Plus de vingt années d’exil, pendant la Révolution et l’Empire, déconnecta le futur roi des évolutions de la société, des nouveaux modes de vie avec l’émergence d’une bourgeoisie qui a profité de la Révolution pour s’enrichir. C’est, d’ailleurs, un fait que l’on retrouve chez tous les émigrés qui, à leur retour, refusèrent de voir toutes ces évolutions. En dépit de la Charte constitutionnelle octroyée par Louis XVIII, lors de son avènement, Charles X « conservait l’esprit d’Ancien Régime » [page 217], comme en témoigne cette volonté d’être sacré à Reims. « L’annonce [de son sacre] ressemblait à une mesure de réaction » [page 235] qui fut très mal perçue par l’opinion.

Il y a, en effet, deux facettes chez Charles X, celle du progressiste, ami des arts et de la littérature, dont les couloirs étaient arpentés par Chateaubriand notamment et dont le sacre fut magnifié par Victor Hugo et son ode Le Sacre de Charles X dans lequel « il [annonçait] la renaissance d’un nouvel « âge d’or » » [page 246], mais il présente aussi une facette non pas réactionnaire, mais conservatrice qui trouve son origine, semble-t-il, avec la mort de la comtesse de Polastron en 1805.

Car Charles X, alors connu sous le nom du comte d’Artois, vécut une jeunesse tumultueuse, « ne se privait pas […] de critiquer le roi, qu’il appelait sur le ton de fausse commisération « le pauvre homme » » [page 34], plein de légèreté et éprouvant une passion pour les chevaux. Amoureux des femmes, il eût plusieurs relations avec elles et peut-être des enfants (le comte de Polignac, son futur ministre, « passait dans une partie de l’opinion pour [son] fils naturel » [page 500]). Sa plus forte passion fut pour la comtesse de Polastron, véritable « héroïne romantique » [page 116]. Celle que l’historien Jules Bertaut classe parmi les belles émigrées (3) eut une influence considérable sur le comte d’Artois. Sa mort, sûrement due à la tuberculose affecta le futur roi : « De frivole, le prince devint austère. De libertin à la mode du XVIIIe siècle, il se fit dévot » [page 115]. « Elle avait demandé au prince une promesse solennelle : de s’attacher pour toujours à la religion, à la vertu » [page 120]. Charles X respecta son engagement, refusa toute alliance d’ordre matrimoniale lorsqu’il sera sur le trône.

Loin d’avoir été un sot, Charles X s’attacha à redresser une France postrévolutionnaire et tenta de concilier ce nouveau type de monarchie qui devait alors composer avec une bourgeoisie possédant un nouveau type d’arme : celui de la presse qui n’hésita pas à relayer ses oppositions et ses mécontentements. Jean- Paul Clément propose, à travers de sa biographie consacrée au monarque, un portrait de la France lors de la Restauration, dévoilant alors le caractère positif de cette période. Charles X « présida l’une des périodes les plus fastes de l’histoire de France » [page 457] écrit l’historien dont l’ouvrage, s’appuyant sur les travaux les plus récents sur la Restauration, permet au lecteur de s’attacher à la figure du dernier Bourbon, un homme frappant par sa simplicité jusque dans la mort : « Charles X s’était éteint sans que la plus petite contraction ait affecté son visage » [page 450].

Charles X de Jean-Paul Clément, avec le concours de Daniel de Montplaisir, éditions Perrin, 2015, 576 pages, 26 euros.

(1)

Nouvelle Société des études sur la Restauration : nser.fr.

(2)

À noter que Daniel de Montplaisir est l’auteur d’une très belle biographie consacrée au comte de Chambord, le petit-fils de Charles X, celui qui aurait dû devenir Henri V. Le comte de Chambord : dernier roi de France, éditions Perrin, 2008, 748 pages, 27 euros.

(3)

Pour reprendre le titre d’un de ses ouvrages, paru chez Flammarion.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s