Tout le monde te haïra d’Alexis Aubenque

Après un détour par la Louisiane pour son précédent roman, Alexis Aubenque est de retour et continue d’explorer géographiquement les États-Unis en prenant pour cadre pour son nouveau polar l’atmosphère à la fois glaciale et désertique de l’Alaska. Tout le monde te haïra, publié par les éditions Robert Laffont dans la jeune et ambitieuse collection « La Bête Noire », est un roman captivant et au rythme soutenu, ce qui a fait le succès des précédents ouvrages d’Alexis Aubenque.

Mettant en scène pour la première fois – et sûrement pas la dernière – Tracy Bradshaw et Nimrod Russell, Tout le monde te haïra dévoile la petite ville de White Forest, une ville côtière du sud de l’Alaska à travers trois intrigues. Une bourgade typiquement américaine où la violence et l’insécurité sont rares, mais pas inexistants, et où un simple évènement met la population en émoi.

Ce petit évènement, cet élément déclencheur a été découvert dans les glaces par un groupe de touristes qui faisait une séance de plongée : il s’agit d’un navire datant du début du XXème siècle et ayant coulé, relâchant de sa prison les dizaines de corps de marins morts. Loin de la simple découverte historique, on se doute très bien que l’évènement aura une certaine importance dans la suite du roman.

 

9782221159347

 

Tandis que la ville se remet de ses émotions débarque alors Alice Lewis, venue à la recherche de sa demi-sœur disparue et dont le mari ne semble pas se préoccuper outre mesure. Elle demandera l’aide de Nimrod Russell, nouvellement détective privé, ancien lieutenant de police, mis au rebus suite à une affaire ayant mal tournée.

La troisième intrigue met en scène Tracy Bradshaw, lieutenant de police, ancienne collègue de Nimrod Russell, qui enquêtera, avec l’aide de son binôme Scott Wright, sur la mort de Sullivan Kruger, responsable d’une entreprise spécialisée dans le commerce alimentaire, retrouvé pendu par les pieds et éventré à l’aide d’un hakapik, une sorte de mince pioche inuit employée dans la chasse au phoque.

Ces trois intrigues, on le sait, se recouperont forcément, mêlant habilement les personnages et certains suspects dont le nom apparaît au détour d’un interrogatoire ou d’une série de clichés, pris par le détective privé, pour parvenir à une seule et unique conclusion, légèrement grandiloquente, aux limites abracadabrantesques qui  gâchent un peu une lecture captivante et, a posteriori, laisse un souvenir amer.

Outre ce dénouement dans lequel on sent néanmoins que l’auteur a pris un grand plaisir de l’écrire,  Tout le monde te haïra est un polar captivant, dont les pages défilent à allure folle, et dont le rythme ne faiblit pas une seconde. La ville de White Forest devient un personnage à part entière, comme ce fut le cas avec la trilogie de River Falls : c’est ce style Aubenque qui fait la saveur de ses romans, ainsi que le découpage de son scénario. Ici, l’histoire se déroule en quelques jours, ne laissant pas le temps aux personnages de souffler. On pourrait toutefois regretter que l’auteur ne laisse aucun répit à ses deux héros, notamment concernant Tracy et son fils, atteint de troubles psychologiques et dont les nuits se résument à une succession de cauchemars. Peut-être le sujet d’un second tome ? Signalons aussi une description de l’Alaska incroyable, plongeant le lecteur dans le blizzard et l’hiver du Grand Nord.

Tout le monde te haïra est un très bon polar, qui pêche par sa fin un peu tiré par les cheveux. Mais vous n’aurez toutefois qu’une seule réaction : celle de détester Alexis Aubenque pour son ingéniosité, empêchant le lecteur de reposer le roman avant le point final.

 

Tout le monde te haïra d’Alexis Aubenque, éditions Robert Laffont, collection « La Bête Noire », 2015, 432 pages, 20 euros.

Publicités

2 réflexions sur “Tout le monde te haïra d’Alexis Aubenque

    1. On est rarement déçu avec Aubenque et on est sûr de passer un très bon moment de lecture. C’est dommage que ce roman est une fin aussi grandiloquente qui ne gâche toutefois pas le plaisir de lecture

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s