Chouans et Vendéens contre l’Empire d’Aurélien Lignereux

1815 est avant tout synonyme, pour tout amateur de l’Histoire de France et plus particulièrement par la geste napoléonienne, du Vol de l’Aigle, revenant avec triomphe et grandeur de l’île d’Elbe, et du désastre de Waterloo, cette cuisante défaite qui se transforme en brillante victoire lorsque l’on traverse la Manche. Résumer 1815 à un affrontement entre Napoléon et les Alliés, en première ligne desquels se situent avant tout les Britanniques, commandés par le duc de Wellington, fait alors passer sous silence ce qu’Aurélien Lignereux décrit comme l’autre Guerre des Cent-Jours. Car l’Empire restauré de Napoléon n’est pas seulement attaqué par les puissances étrangères, mais il est aussi pris d’assaut à l’intérieur même de ses frontières.

Maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble et Docteur en histoire, Aurélien Lignereux, à qui l’on doit notamment une magistrale étude sur la période 1799-1815 (1), décrit, dans son nouvel ouvrage, Chouans et Vendéens contre l’Empire, paru aux éditions Vendémiaire, avec précision cette nouvelle insurrection vendéenne  et ce que prendra le nom de petite chouannerie, en référence à la Chouannerie de 1794-1800, où s’illustrèrent des opposants à la Révolution et à Napoléon comme Armand Tuffin de la Rouërie ou encore Georges Cadoudal.

Accueillant avec froideur le retour de Bonaparte au pouvoir, ces réfractaires de l’Ouest de la France, « paysans frustres et redoutables dans la main d’activistes brouillons » [page 60] emprunts d’une ferveur royaliste exacerbée et dont le soulèvement par le duc Louis VI Henri de Bourbon-Condé avait échoué, se sont rapidement reformés en bandes lors de la publication du décret impérial qui ordonna la mobilisation des gardes nationaux et des demi-soldes, ces soldats rendus inactifs par la Restauration.

 

71LFk9ohVTL
Chouans et Vendéens contre l’Empire d’Aurélien Lignereux

 

Ces bandes et ces divisions reformées par les descendants et parents des grands noms rappelant la Chouannerie des années 1794 – Joseph Cadoudal, le frère de Georges, enfant lors des premières insurrections, prendra notamment le commandement d’une division – n’hésiteront pas à s’assumer comme « de véritables rebelles, justifiant leurs actes par une opposition consciente au système en place » [page 32] auront pour objectif de développer l’insurrection aux départements alentours, de soulever les populations et de faire face aux régiments napoléoniens et, notamment en Vendée, à l’armée de la Loire, dirigée par le général Lamarque, devant sa nomination « eu égard aux résultats obtenus au fil de ses opérations contre-insurrectionnelles dans le royaume de Naples » [page 183].

Aurélien Lignereux dresse alors un tableau de cette guerre qui s’étale sur deux mois, de mai à juin 1815, une drôle de guerre, « économe en vies humaines » et qui passe pour « invisible d’un point de vue démographique » [page 172] et dont le déroulement s’apparente alors à une guérilla, isolée du conflit européen, bien que l’Angleterre prêta toutefois main forte aux insurgés par la mer.

Front secondaire dans cette dernière campagne de l’épopée napoléonienne, l’ouvrage d’Aurélien Lignereux permet néanmoins d’appréhender les Cent-Jours comme n’étant plus un conflit uniquement européen, mais aussi comme un conflit fratricide, aux relents de guerre civile. « La Vendée et la chouannerie symbolis[ent] la déchirure franco-française » [page 229] écrit l’historien, une déchirure qui perdure encore lorsqu’il s’agit d’aborder les guerres de Vendée, notamment avec la thèse et l’ouvrage de Reynald Secher, qui parle alors de génocide franco-français. Aurélien Lignereux signe ici une étude particulièrement intéressante sur ce conflit secondaire mais passionnant et démontre l’importance de ces soulèvements populaires qui font l’Histoire.

 

Chouans et Vendéens contre l’Empire d’Aurélien Lignereux, éditions Vendémiaire, 2015, 384 pages, 22 euros.

 

 

 (1)

Aurélien Lignereux, L’Empire des Français (1799-1815), éditions du Seuil, 2012, réédité en poche aux éditions Points en 2014.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s