Quel effet bizarre faites-vous sur mon cœur de Christine Orban

Christine Orban aime ses héroïnes. En témoigne son écriture et cette empathie qu’elle éprouve pour les personnages qu’elle met en scène : après avoir narré les amours de Virginia Woolf dans Virginie et Vita et avant de pouvoir découvrir son nouveau roman dans lequel elle met en scène le destin tragique de Marie-Antoinette (Charmes, s’égarer et mourir à paraître le 7 avril aux éditions Albin Michel), Christine Orban s’intéresse à une femme dont le destin fut coupé dans son élan, sacrifiée au profit de la raison d’État : l’impératrice Joséphine.

Quel effet bizarre faites-vous sur mon cœur, qui vient de paraître aux éditions du Livre de Poche, met en scène une Joséphine de Beauharnais introspective, prenant la plume pour écrire une dernière fois, sur un cahier, à celui qui fut sûrement l’amour de toute une vie, ce petit général corse devenu l’un des hommes les plus connus du monde. Nous sommes en mai 1814 au château de la Malmaison, demeure rendue célèbre par son occupante et cette passion pour les jardins qui lui fit cultiver presque 200 plantes nouvelles, introduites pour la première fois en France. L’angine lui serre déjà la gorge et la pneumonie qui l’emportera la fait tousser. Joséphine reçoit enfin une lettre de Napoléon, exilé à l’île d’Elbe. Une lettre qui la forcera à écrire, une tâche à laquelle elle emploiera ses dernières forces.

 

5119wnAzI1L
Quel effet bizarre faites-vous sur mon coeur de Christine Orban

 

Et c’est une longue réponse qu’elle adresse à celui qu’elle appelle toujours Bonaparte, une réponse dans laquelle elle revient sur sa vie, tentant de justifier son comportement, démontrant tout l’amour qu’elle porte encore à l’Empereur déchu, elle, l’impératrice répudiée. Le lecteur découvre cette femme que rien ne prédestinait à monter sur le nouveau trône de France, une épouse marquée par les tourments de la Révolution qui avait failli lui coûter sa tête et qui lui emportera son premier époux, une mère combative dont les faits et gestes chercheront toujours à protéger ses deux enfants et une femme séductrice, aimant être aimée et elle-même amoureuse.

Christine Orban plonge alors le lecteur dans l’intime de l’ex-Impératrice et, dans un style simple et limpide, parvient à retranscrire cette passion, ce feu qui dévore le couple impérial. D’un roman biographique, richement documenté, l’auteur nous livre un magnifique roman d’amour, un amour qui survit à toutes les embûches, comme cette répudiation dont Joséphine ne tiendra jamais rigueur à Napoléon. Christine Orban ne fait alors plus qu’une avec Joséphine et s’approprie avec justesse la psychologie de l’Impératrice : Quelle effet bizarre faites-vous sur mon cœur, cette phrase que Bonaparte se plaisait à écrire à Joséphine, s’empare alors du lecteur, les mots résonnent, les pages défilent et l’auteur parvient à se faire oublier pour livrer une épopée dans l’épopée napoléonienne, une histoire d’amour tragique, déchirante et émouvante.

 

Quel effet bizarre faites-vous sur mon cœur de Christine Orban, éditions Le Livre de Poche, 2016, 264 pages, 6,90 euros.

Publicités

4 réflexions sur “Quel effet bizarre faites-vous sur mon cœur de Christine Orban

  1. J’ai toujours une appréhension vis à vis des lectures de ce type, car j’ai peur que le style soit trop pompeux, et que je traîne des jours (des semaines) pour avancer dans le livre. Le fait que tu précises que ce livre est simple et limpide me donne très envie de m’y « risquer »… Merci !

    Aimé par 1 personne

    1. Etant passionné par la période en question, il allait de soi que le roman allait m’intéresser. Par contre, comme j’ai dit, l’écriture est loin d’être pompeuse et pédante, Christine Orban s’attache juste à décrire le plus simplement du monde les sentiments de Joséphine à cette période-là. N’hésites pas à te lancer dans cette lecture. Par contre, je ne pense pas que ce soit le genre de livre que l’on lit d’une traite, plutôt ceux qu’on lit pour faire durer le plaisir et ressentir au maximum les ambivalences du personnage.

      Aimé par 1 personne

  2. Ping : Bilan de mars 2016 – une pause littéraire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s