Chasseurs de neige de Paul Yoon

Avec Autrefois le rivage, son premier recueil de nouvelles, Paul Yoon avait réussi à démontrer que sa plume cachait un style fluide et épuré et une écriture puissante et lumineuse. Son premier roman, Chasseurs de neige, véritable cap dans la vie d’un auteur, auréolé du prix des Jeunes Lions décerné par la New York Public Library en 2014, confirme le talent de son auteur, considéré comme l’un des écrivains les plus prometteurs de sa génération.

 

41ZBdgc+eAL
Chasseurs de neige de Paul Yoon

 

L’ouvrage débute en 1954, la guerre de Corée prend fin. Une guerre coûteuse en hommes et dont l’issu rend la situation militaire inchangée, continuant d’ancrer dans le pays cette fissure qui le conduira à se scinder en deux. Yohan, un jeune soldat du Nord, est prisonnier des Américains qui les ont secouru, lui et son camarade Peng, alors qu’ils étaient ensevelis sous la neige, en raison d’une explosion.

Contraint de s’expatrier, il choisit le Brésil et trouve un emploi chez Kiyoshi, un tailleur japonais, exilé lui aussi de son pays d’origine depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Sur place, Yohan est obligé de faire face à la barrière des langues, abandonnant peu à peu sa langue natale pour parler le portugais et fait la rencontre de plusieurs habitants du village : Peixe, qui garde l’église du quartier, Bia et Santi, deux enfants abandonnés errant dans le quartier et qui disparaîtront de sa vie. Et, au milieu de cette nouvelle vie, l’ancienne, celle du soldat qui resurgit par instant et de ces fameux chasseurs de neige.

Une nouvelle vie s’offre alors à Yohan, une vie quasiment monacale et réglée et où les confidences avec Kiyoshi sont rares, presque inexistantes, tout comme les dialogues que Paul Yoon réduit à son plus simple élément car le plus important ne peut pas être dit, il se laisse juste transparaître dans un geste, dans un mouvement qui donne une impression de exaltation, de contemplation. Car le lecteur contemple, à travers l’écriture minimaliste de son auteur, le changement d’existence de Yohan : les flashbacks rappellent alors la guerre, encore trop proche, et ses morts, l’emprisonnement qu’a vécu le jeune homme, le chaos des bombes et des armes, tandis que le présent est fait de solitude qui met la patience de Yohan à rude épreuve, l’isolement qui incombe au migrant et la découverte d’un nouvel environnement, de nouvelles coutumes, d’un nouveau mode de vie.

C’est un peu le sujet de Chasseurs de neige, celui de la vie et de la résilience. C’est l’apprentissage d’un homme qui cherche à oublier le passé pour pouvoir enfin revivre : les scènes ordinaires de la vie quotidienne sont les plus extraordinaires, de part de la simplicité de l’écriture qui les rend passionnantes, aériennes. En minimisant son écriture à la signification la plus stricte, Paul Yoon assemble alors un poème, où les mots sont épurés de leurs artifices et où la beauté du monde saute alors aux yeux, et offre, avec la relation de Yohan avec son employeur, Kiyoshi, un tableau élégant de la solidarité et de l’amitié. Chasseurs de neige est un premier roman que l’on referme à regret, le cœur bouleversé par tant de beauté.

 

Chasseurs de neige (Snow Hunters) de Paul Yoon, traduit de l’anglais (États-Unis) par Marina Boraso, éditions Albin Michel, 2016, 208 pages, 19 euros.

Publicités

3 réflexions sur “Chasseurs de neige de Paul Yoon

  1. Ping : Bilan de mars 2016 – une pause littéraire.

    1. N’hésites pas à le découvrir, c’est un très beau roman écrit avec une plume sensible et poétique.

      C’est vrai que j’aime beaucoup les romans qui intègrent quelques éléments historiques Je trouve que ça leur donne une force supplémentaire, une touche de réel.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s