Le monde extérieur de Jorge Franco

Vainqueur du prix international Dashiell Hammett, récompensant alors un roman noir, pour son premier ouvrage, La Fille aux ciseaux, Jorge Franco renoue, avec son dernier livre, Le Monde extérieur, avec les prix littéraires, en recevant le prestigieux Premio Alfaguara de Novela, l’un des prix les plus prestigieux de la langue espagnole. Paru aux éditions Métailié, Le Monde extérieur confirme le talent de son auteur qui nous livre un roman dramatique aux confins du fantastique.

 

Jorge Franco - Le monde extérieur
Le monde extérieur de Jorge Franco

 

Nous voici à Medellín, en Colombie, une ville que Jorge Franco connaît bien pour y avoir vu le jour en 1962. Le 9 août 1971 est un triste jour pour cette ville, dont la renommée se fera dans la corruption, la violence et la drogue, en devenant le fief d’un certain Pablo Escobar : l’un des plus fameux hommes d’affaires de la région, Diego Echevarría, est enlevé. Une demande de rançon ne tarde pas à être communiquée à la famille, recluse dans une imitation de château français au beau milieu de la végétation ambiante. Grand admirateur de Wagner, Diego voue une véritable adoration à la culture allemande : marié à une allemande pure souche, nommée Dita, il n’hésite pas à affubler leur fille du prénom d’Isolda, tandis qu’il fait venir d’Allemagne une préceptrice, Hedda, chargée d’inculquer à la jeune enfant une éducation toute européenne.  Néanmoins, l’enquête autour de son enlèvement piétine, la police ne parvenant pas à trouver une quelconque piste concernant les ravisseurs.

Mono Riascos est quant à lui, un colombien modeste, arpentant les ruelles de Medellín à la recherche d’argent facile pour lui permettre d’entretenir dans le secret un jeune homme dont il est épris. C’est ainsi qu’il met au point un plan qui, sur le papier, est infaillible, rapide et facile, visant à enlever, par défaut, Diego Echevarría et à encaisser la rançon avant de disparaître. Car Mono est fasciné par Isolda qu’il observait, lorsqu’il était gamin, du haut des arbres tandis que la jeune fille trompait sa solitude dans le bois du château, un bois dans lequel elle communiquait avec des animaux étranges et irréels et, ne pouvant enlever Isolda, il devra se contenter du père.

À l’aide d’une narration qui mélange les époques et les lieux, Jorge Franco nous livre une formidable comparaison entre Mono et Diego, deux représentants de classes distinctes : l’un fait parti de cette majorité d’hommes et de femmes qui vivent à Medellín, côtoyant quotidiennement la violence, la drogue et les prostituées tandis que Diego provient d’une famille riche et aisée et qui se forge un nouveau monde, un monde qui baigne dans le romantisme allemand, ignorant la violence qui ronge la population colombienne. Une véritable fracture sociale qui trouve son point culminant dans les confrontations entre les deux personnages – l’un étant nerveux et agressif, tandis que l’autre gardera toujours une sorte de dignité et de calme, découlant de son éducation romantique – et dans la juxtaposition de scènes se déroulant dans le calme feutré du château et l’agitation de Medellín.

Et, plus qu’un roman noir, Jorge Franco rajoute des touches d’humour et de dérision, faisant immédiatement penser à l’esprit des frères Coen et de leur film Fargo : en dépit d’un plan presque parfait, Mono se voit être entouré d’incompétents et perd rapidement son sang-froid face au silence de la famille de Diego qui, quant à eux, engagent un détective privé belge dont l’esprit de déduction va de paire avec un pouvoir médiumnique, une indéniable parodie d’Hercule Poirot, dont le seul mérite est de vivre aux frais de la princesse.

Le Monde extérieur est, au final, un merveilleux croisement entre Les Pieds nickelés, le conte fantastique et la violence qui gangrène la société colombienne. L’écriture de Jorge Franco enchante le lecteur qui plonge dans cette chronique criminelle, rythmée par la vie de Medellín qui plonge inexorablement vers la confusion et le désordre.

 

Le monde extérieur (El mundo de afuera) de Jorge Franco, traduit de l’espagnol (Colombie) par René Solis, éditions Métailié, 2016, 272 pages, 20 euros.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s