Notre univers en expansion d’Alex Robinson

Son premier roman graphique, De mal en pis, publié en France il y a maintenant douze ans, avait révélé un artiste talentueux, maniant avec brio l’ironie doublée à l’étude de mœurs pour livrer, d’un regard acéré, un tableau plus vrai que nature de sa génération. Aujourd’hui, Alex Robinson revient avec un nouveau récit, Notre univers en expansion, dans lequel l’auteur embrase cette quarantaine, cet âge que beaucoup redoute.

 

Couv_279627
Notre univers en expansion d’Alex Robinson

 

New York, cette ville qui ne dort jamais, toujours en mouvement, au plus près des tendances. Nous faisons la connaissance, sur un terrain de sport de Brooklyn de trois amis d’enfance, Billy, Scotty et Brownie. Trois hommes qui ont gardé des liens étroits, malgré des vies différentes : Billy, bien établi professionnellement, décide d’avoir son premier enfant avec sa femme, Marcy, tandis que Scotty, père du petit Braiden, attend, avec Ritu, son second enfant. Brownie, quant à lui, est divorcé et célibataire endurci, fumeur invétéré de marijuana et geek de la première heure.

À la peur de Billy de devenir père et de franchir alors un cap important dans une vie, Scotty n’hésite pas à rassurer son ami en livrant sa propre expérience et des conseils, tandis que Brownie, qui cache aux yeux de ses amis cette peur de se retrouver seul, répond par des sarcasmes qui lui feront prendre conscience du temps révolu, celui du fameux âge d’or de la mythologie grecque où tout était pour le mieux.

Cette révolution du temps qui, reprenant le point de vue de la physique quantique, donne son nom à l’ouvrage, met en scène une génération aux abois, cette fameuse Génération Y qui n’a jamais connu le monde sans le SIDA, pour qui les jeux vidéos sont devenus banales, comme en témoigne Brownie, geek de son état et pour qui la menace nucléaire s’est transformée en dissuasion, loin de la Guerre Froide. À travers le parcours de ces trois hommes et de leurs compagnes, Alex Robinson dresse alors un tableau des préoccupations d’individus de cette génération à laquelle il appartient de plein droit, en plaçant au centre de l’ouvrage l’utilité de la continuation de l’espèce humaine, ce fameux instinct de survie qui passe notamment par la procréation.

Mais, avant toute évolution d’un univers se trouve un fameux Big Bang et Alex Robinson n’hésite pas à en décrire deux dans son ouvrage : la découverte de la vie adultère de Scotty qui remet en question les liens entre chaque membre du groupe, distendant certaines relations au profit d’autres et qui marque la fin d’une ère amène l’auteur, dans un dernier chapitre, à revenir sur un premier Big Bang. Ce chapitre, qui agit alors comme un écho, sobrement intitulé « Prologue » revient des années en arrière, lorsque Scotty et Ritu annoncent qu’ils attendent leur premier enfant et qui marquera alors le début d’une évolution au sein du groupe.

D’un style affuté, plein d’ironie et de mordant, Alex Robinson se réapproprie la théorie du Big Bang pour qu’elle coïncide avec la vie, faite de pleins de petits évènements qui sont de nouveaux départs, un recommencement. Le talent de l’auteur consiste à saisir ses personnages dans leur intimité, faisant assister le lecteur à des conversations et des confidences sur l’oreiller, qui devient alors un membre de ce groupe d’amis que l’on quitte à regret, une fois la dernière page tournée.

 

Notre univers en expansion (Our expanding Univers) d’Alex Robinson, traduit de l’anglais (États-Unis) par Sidonie van den Dries, éditions Futuropolis, 2016, 256 pages, 28 euros.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s