Napoléon Amoureux d’Olivier Miquel

Après Balzac Amoureux d’Emmanuelle de Boysson, voici un nouveau titre des éditions Rabelais, célébrant l’Amour et ses Muses, ainsi que son influence sur des artistes et des personnages historiques. Auteur d’un roman historique consacré à Napoléon, Olivier Miquel, ancien conseiller en communication politique auprès de ministres, romancier et essayiste, se plonge dans l’intimité de l’Empereur pour délivrer un portrait amoureux de celui qui révolutionna les institutions françaises et rendre hommage à ces femmes qui, de tout temps, influencent, conseillent et inspirent les hommes.

 

41xH+g-yGnL
Napoléon Amoureux d’Olivier Miquel

 

Le nom de Napoléon résonne comme une parenthèse dans l’Histoire de France : arrivé au pouvoir par un coup d’État, il réussit toutefois à asseoir une certaine légitimité notamment avec le soutien d’hommes politiques et des élites, sans oublier l’adhésion du peuple à un militaire victorieux. En proie à une soif frénétique de travail, Napoléon va réformer de fond en comble l’organisation administrative de la France, en centralisant le pouvoir politique dans les mains de l’exécutif, et en regroupant au seins de différents Codes les lois régissant le pays, dans le but de conférer à la France une certaine cohérence.

Mais le nom de Napoléon n’est pas seulement synonyme de réformes. C’est aussi l’évocation d’une épopée incroyable, propulsant la France comme une grande puissance et dont le rayonnement artistique fut immense en Europe. Les victoires, remportées sur les champs de batailles, sont d’autant plus de petits miracles qu’inespérées, dues par le génie de son stratège. Mais, comme allant de paire, dans toute épopée guerrière se trouve toujours l’amour.

L’aventure napoléonienne fut-elle une épopée amoureuse ? Oui. C’est le constat qui ressort à la fin de la lecture de l’ouvrage d’Olivier Miquel. C’est l’incroyable aventure de trois femmes, puisant une force et une détermination incroyables dans l’épreuve. Il y a d’abord Joséphine de Beauharnais, la première et sûrement le véritable amour de l’Empereur, qui sera sacrée Impératrice des mains même de son mari. Incapable de donner un héritier à Napoléon, elle sera sacrifiée pour la raison d’État, à une période où Napoléon cherchait à asseoir son régime sur un plan dynastique et à lui donner une certaine légitimité.

Moins connue que sa prédécesseure, Marie Walewska fut longtemps désignée comme « la femme polonaise » de Napoléon. Très épris l’un de l’autre, Marie Walewska réussit là où Joséphine échoua : elle tomba enceinte de l’Empereur, ce qui lui permettra d’ouvrir les yeux sur la stérilité de l’Impératrice. La jeune femme polonaise fut aussi l’instigatrice de la création du Duché de Varsovie, le premier pas vers une Pologne indépendante (indépendance que le pays n’aura qu’en 1918, à la fin de la Grande Guerre, puis en 1989 avec la chute de l’Union soviétique).

Et voici Marie-Louise, celle qui scella l’union de la maison des Habsbourg avec celle des Bonaparte, fille aînée de l’empereur François Ier d’Autriche et, tout comme Joséphine, sacrifiée pour la raison d’État, pouvant presque être considérée comme une preuve de l’allégeance de l’Autriche à la France. Elle deviendra la mère de l’héritier de l’Empereur et sera prête à suivre l’Empereur lors de son exil sur l’île d’Elbe, ce qu’elle ne fera pas, tombant amoureuse du comte de Neipperg. Peu aimée des Français, elle le sera toutefois de Napoléon qui l’aimera d’un amour sincère.

Dans ce court ouvrage, doté d’une riche iconographie, où se côtoient tableaux de batailles célèbres, portraits et caricatures, Olivier Miquel parvient à faire revivre le faste de l’Empire, ses heures de gloire comme sa chute inexorable, tout en insufflant ce sentiment amoureux qui inspire Napoléon. Loin de cette image guerrière ou de dictateur, c’est un magnifique portrait vivant et terriblement humain de l’Empereur, déchiré par ses sentiments et pour son amour pour ces trois femmes, ainsi que son pays. On ressort de cette lecture avec une nouvelle vision de l’épopée napoléonienne, beaucoup plus romantique qu’elle n’y paraît.

 

Napoléon Amoureux d’Olivier Miquel, éditions Rabelais, 2016, 140 pages, 14,80 euros.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s